Institut Ramon LLull

Raül-David Martínez
paris@llull.cat
50, rue Saint-Ferdinand
75017 PARIS, France
Tel. +33 142 66 02 45

L'Institut Ramon Llull a pour objectif la diffusion de la langue catalane et de sa culture sous toutes ses formes et moyens d'expression. L'Institut Ramon Llull est un consortium composé de la Generalitat (Gouvernement) de Catalogne, du Gouvernement des îles Baléares et de la Mairie de Barcelone.

Les universités Montpellier, Perpinyà et Vic rendent hommage à la poète et plasticienne Felícia Fuster

Littérature.  En ligne, 03/05/2021

En commémoration du centenaire de la naissance de cette artiste à plusieurs facettes dont le parcours est intimement lié à la vie culturelle française, une demi-journée d’études se tiendra en ligne le 6 mai coorganisée par les laboratoires de recherche Cresem, Reso et Getlihc avec des présentations à charge de Irene Muñoz Pairet, Caterina Riba, Sandrine Frayssinhes Ribes, Mireia Vidal-Conte et Lluïsa Julià, commissaire littéraire de l’Année Felícia Fuster. Le programme sera complété par une lecture bilingue du recueil Cordages du vent (Éditions Trabucaire, 2018) à charge des étudiants de catalan des universités Paul Valéry Montpellier III et Perpinyà Via Domitia.




Autour de l’œuvre de Felícia Fuster : Lecture bilingue

Programme

17h. Présentation : Irene Muñoz Pairet (UPVD)

17h05. Lluïsa Julià (UOC. Commissaire littéraire de l’Année Felícia Fuster) : « Felícia Fuster: poètica de l’espai i el moviment »

17h20. Caterina Riba (UVic- UCC) : « La corporalitat a l’obra de Felícia Fuster »

17h45. Sandrine Frayssinhes Ribes (UPV MIII) : « Felícia Fuster i la seva relació amb la llengua francesa »

18h00. Mireia Vidal-Conte (Poète) : « Felícia Fuster, una poeta en el panorama internacional del segle XX »

18h30. Projection de la lecture bilingue de poèmes de Felícia Fuster, par des étudiants des universités Paul-Valéry Montpellier III et Perpinyà Via Domitia, extraits du recueil Cordages du vent, anthologie éditée par Lluïsa Julià et Sandrine Frayssinhes Ribes aux éditions Trabucaire (2018) avec traduction française de Marc Audí.

Inscription obligatoire auprès de feliciafuster6@gmail.com pour obtenir le lien d’accès à l’activité sur zoom.

 

Felícia Fuster (Barcelona, 1921 - Paris, 2012) a été écrivaine, peintre et traductrice. L’une des voix les plus singulières de la littérature catalane contemporaine par sa profondeur, le croisement de traditions et d’influences. Aussi par son irruption tardive dans la littérature, à plus de 60 ans, et par le fait d’écrire en catalan depuis Paris, où elle s’était installée dans les années 50. Femme à fort caractère se définissant elle-même comme femme « faber », l’anhèle de liberté préside sa vie tout comme son œuvre littéraire et pictural.

Fuster écrit depuis l’introspection existentielle, avec une grande exigence et en ayant recours à l’expérimentation formelle, tout en restant accessible à tous et engagée socialement. Dans le domaine de l’expérimentation, elle s’inscrit dans l’avant-garde mais aussi dans une certaine tradition japonaise présente dans la littérature catalane depuis les années 20 du XXe siècle.

La publication de son premier recueil de poèmes : Una cançó per a ningú i trenta diàlegs inútils (1984 ; finaliste du prix Carles Riba), quand Felícia avait 63 ans, fut une révélation. Dès le premier moment elle a été considérée comme une voix originale et mature dans la littérature catalane. « Une voix de femme audace et non transférable », comme l'Association des écrivains en catalan l’a décrit.

En 1987, elle a publié deux recueils, Aquelles cordes del vent et I encara (prix Vicent Andrés Estellés), qui forment avec le livre précédent une trilogie basée sur la même utilisation du monologue et de la poésie autobiographique et confessionnelle. Versió original (1996) est une méditation longue, profonde et lyrique sur la guerre des Balkans, tandis que Sorra del temps absent (1998, finaliste du prix Màrius Torres) rompt avec sa précédente poétique pour approfondir dans le domaine de l'expérimentalisme.

Sa dernière publication, Postals no escrites (2001), raconte un voyage au Japon et un hommage à la culture orientale, écrit suivant le style des haïkus de Basho.

Dans son travail de traductrice sont spécialement marquants le volume Poesia japonesa contemporània (1988) et L’Œuvre au noir (1984) de Marguerite Yourcenar.

    Logo Institut Ramon Llull
  • Un consortium composé de:

  • Generalitat de Catalunya Govern Illes Balears Ajuntament de Barcelona

Ce site n’utilise que des cookies de séance à des fins techniques et analytiques. Il ne recueille ni ne cède de données à caractère personnel sans le consentement des utilisateurs. Il utilise également des cookies de tiers à des fins statistiques. Pour plus obtenir plus d’information ou pour les administrer ou vous y opposer, veuillez cliquer sur « + Info ».