Institut Ramon LLull

Menú

Raül-David Martínez
paris@llull.cat
50, rue Saint-Ferdinand
75017 PARIS, France
Tel. +33 142 66 02 45

L'Institut Ramon Llull a pour objectif la diffusion de la langue catalane et de sa culture sous toutes ses formes et moyens d'expression. L'Institut Ramon Llull est un consortium composé de la Generalitat (Gouvernement) de Catalogne, du Gouvernement des îles Baléares et de la Mairie de Barcelone.

RCR Arquitectes (prix Pritzker 2017) et MiAS Arquitectes exposent au Centre Pompidou à Paris

Architecture et design.  PARIS, 09/10/2020

A partir de mi-septembre 2020 et pendant huit mois, le Musée national d’art moderne - Centre de création industrielle / Centre Pompidou à Paris, présentera 73 croquis et 10 maquettes de l’agence RCR Arquitectes intégrant la collection d’architecture du musée. Ces œuvres sont présentées dans la salle 28 du 4ème étage. Dans la salle 29, le studio MiAS Arquitectes expose quant à lui 42 maquettes, 14 dessins et 18 gravures, qui viennent également enrichir la collection permanente du musée.




RCR

Cet accrochage met en lumière l’intérêt des conservateurs du service architecture pour les créateurs du Musée Soulages de Rodez, et l’aboutissement d’une longue relation de travail. L'Institut Ramon Llull collabore à l’évènement, comme lors de la conférence donnée en novembre 2019 par RCR au Centre Pompidou, sous le signe d'une créativité partagée.

Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta, dont les initiales des prénoms forment le nom de leur agence, ont obtenu une grande reconnaissance en France :  d’abord nommés chevaliers puis officiers de l’Ordre des Arts et des Lettres (2008, puis 2014). En 2015, ils obtiennent la Médaille d’Or de l’Académie d’Architecture, qui les nomme membres étrangers le 20 février dernier. En 2017, le prestigieux prix Pritzker leur est décerné.

Les pièces exposées correspondent à sept projets allant du premier concours remporté avec le phare de Punta Aldea aux dernières œuvres encore à construire dans Paris et ses environs : l'île Seguin et le pavillon Vide.

La présentation est conçue comme une expérience sensorielle étendue grâce à une collaboration avec le duo artistique CaboSanRoque. Les croquis et les maquettes sont présentés comme disposant d’une voix propre qui raconte aux visiteurs l'origine des idées, les intentions et les énergies qui se matérialisent dans un projet ou une réalisation. Cette narration s’affranchit de la contrainte d’expliquer en détail chaque projet et met l’accent sur l'expressivité de chaque élément, maquette ou œuvre d’art graphique. Le côté physique et la singularité de chaque objet exposé, est ainsi valorisé même si cela n’est finalement pas transposé dans la réalisation de l'œuvre architecturale. 

CaboSanRoque crée un espace polyphonique dans lequel se croisent les regards très différents de Marc Checinski et du photographe Hisao Suzuki. À travers le son, l'éclairage et la vidéo, on plonge dans une atmosphère qui nous enveloppe et permet une vision panoptique du processus créatif et du monde sonore des lieux où les œuvres doivent prendre place. L'espace de la salle s’étend entre le mur des croquis et, en face, le mur où sont projetées les vidéos des projets déjà construits, réalisées par Hisao Suzuki et Júlia de Balle.  Projetés sur la totalité de la cimaise, du sol au plafond, les images créent un espace immersif.  Sur la cimaise des dessins, tous les éléments sont disposés de façon à former un grand tableau de 7 x 4 mètres où de nouvelles relations chromatiques et formelles s’organisent tout en dépassant les proximités dues à l’appartenance des dessins à un même projet. Les maquettes sont réparties dans toute la pièce entre ces deux parois.

L’immersion dans le monde de RCR passe par la sollicitation active de tous les sens du spectateur. Pendant qu’il assiste à la projection vidéo d’une œuvre en particulier, l’intensité croissante de la lumière vient lui souligner les croquis et les maquettes qui y correspondent. En même temps, la reproduction quadriphonique de l’environnement sonore du lieu destiné à accueillir chaque projet enveloppe le public. Simultanément, depuis l'intérieur de la maquette, la voix de Marc Checinski l’interpelle pour lui parler du projet. Se chevauchent ainsi, dans la même plage temporelle, plusieurs perceptions, des vitesses et des profondeurs variables : le temps de la poésie et de la fiction de Marc Checinski, le temps objectif de chacun des lieux, capté par ces sons d’ambiance et le temps réel de l’image, à la lisière entre photographie et vidéo. L'évocation de ces regards simultanés nous plonge dans les profondeurs des œuvres, en révélant l'âme qui les habite.

Trajectoire

Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta ont terminé leurs études à l'Escola Tècnica Superior d'Arquitectura del Vallès en 1987 et depuis 1988 ils travaillent ensemble sous le nom de RCR Arquitectes dans leur ville natale d'Olot avec l’équipe qu’ils ont formé à leur côté. Depuis 1989, ils sont architectes consultants du Parc Naturel de la Zone Volcanique de La Garrotxa et ont enseigné l'urbanisme et l'architecture du paysage à l'ETSAV et l'ETSAB comme professeurs de projets. Actuellement ils organisent et dirigent depuis 2008 à travers son laboratoire RCR LAB·A -créé en 2017- un atelier d'été international dans leur siège, situé dans l'ancienne fonderie Barberí. Ils ont créé en 2013 la fondation RCR BUNKA pour promouvoir la valorisation de l'architecture, du paysage, des arts et de la culture.

Ils ont été récompensés avec le prix Pritzker en 2017 et avec le Prix National de Culture dans le domaine de l'architecture de la Generalitat de Catalunya en 2005. La médaille d'or de l'Académie Française d'Architecture leur a été décernée en 2015, et la médaille d'or de la Generalitat de Catalunya en 2018.

Ils ont été nommés chevaliers de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République Française en 2008 puis promus officiers du même ordre en 2014. Ils sont membres honoraires de l'American Institute of Architecture depuis 2010 et du Royal Institute of British Architects depuis 2012, et membres étrangers de l'Académie d'Architecture depuis 2019.

Leurs projets ont connu une grande reconnaissance internationale en obtenant des prix comme le prix européen d'architecture dans le domaine de l’industrie en 2017 pour le crématorium de Hofheide, le prix international d'architecture espagnole en 2015 pour le musée Soulages, le prix international « Belgian Building Awards » en 2011. Leur projet pour la bibliothèque Sant Antoni-Joan Oliver a été finaliste du prix Mies van der Rohe de l'Union Européenne, tandis que quatre autres de leurs projets y ont été sélectionnés et deux autres nominés ; ils ont obtenu quatre prix internationaux Contractworld ; dix prix FAD ; le IVe prix européen du paysage Rosa Barba ex-aequo pour le parc Pedra Tosca et une mention spéciale du prix européen de l'espace public urbain en 2014 pour l’espace public du théâtre La Lira. Ils ont remporté plusieurs concours nationaux et internationaux, le plus récent étant celui ex-aequo lancé par le Musée Mas Miró de Mont-Roig del Camp.

Ils ont participé à des expositions internationales en 2000, 2002, 2006, 2008, 2012, 2014 et en 2016 à la Biennale de Venise. En 2006 ils ont participé à l’exposition On-Site : Nouvelle architecture en Espagne au MoMA de New York et à Madrid, et en 2010 à l’exposition Global Ends à la Toto Gallery Ma à Tokyo. Des expositions personnelles ont eu lieu à Tokyo (Works 1988-98), en Espagne (Exfoliations), à Bielefeld en Allemagne (RCR Arquitectes), à Ljubljana en Slovénie (RCR Arquitectes), au Palau Robert de Barcelone (RCR Arquitectes Creativitat compartida), au Musée ICO de Madrid, au Palais Miramar de Saint-Sébastien, à la Maison d'art de Ceske Budejovice en République tchèque (Le tangible immatériel), au centre Arts Santa Mònica de Barcelone (RCR: Papers), à la Oris House of Architecture de Zagreb (Landscapes of Ideas: the Sketches of RCR Architects) et plus récemment au centre culturel El Rule de Mexico (RCR. Work on paper), à la Biennale de Venise (RCR Dream and Nature) et à la Toto Gallery Ma à Tokyo (Geography of Dreams).

Outre leurs projets récompensés, on peut signaler également le stade d'athlétisme Tossols-Basil à Olot, la médiathèque Waalse Krook en Belgique, la Faculté des sciences juridiques de Gérone, l’immeuble de bureaux Plaça Europa 31 à L’Hospitalet de Llobregat, le nouveau complexe de la gare de Sants à Barcelone, les caves Bell-lloc à Palamós ; le restaurant, l’auvent et les pavillons Les Cols à Olot, l’espace de loisirs et de culture de Riudaura, le centre d'art « La Cuisine » au château de Nègrepelisse, les crèches « El Petit Comte » à Besalú et « Els Colors » à Manlleu, l'école « del Sol » de Font-Romeu et plus de 20 maisons individuelles…


 

 

MiAS

Le Musée national d’art moderne - Centre de création industrielle / Centre Pompidou à Paris reconnaît également la portée internationale du travail de l’agence MiAS en lui consacrant une salle monographique. Dans cette présentation, le musée rend public le processus de conception de certains des projets les plus emblématiques de l’atelier. Ce sont les premiers croquis des projets, ainsi que des maquettes en fil d’acier galvanisé, où l’on découvre la démarche de création de Miàs Arquitectes. D’une grande expressivité, les maquettes et dessins exposés présentent certains des projets les plus récompensés, tels que le siège d'iGuzzini Illuminazione, le marché de la Barceloneta, le bâtiment résidentiel Torrebaró, le bâtiment 22@ Plug-in et le siège d'Andorra Telecom, baptisé The Cloud. L'ensemble est accompagné de deux projections audiovisuelles, dont l’une explique le processus de conceptualisation et de conception des projets exposés, et l’autre aborde l'ensemble des projets construits, dans une approche globalisante.

Les œuvres d’art graphique sont présentées dans l'accrochage comme une réflexion sur la valeur du dessin en architecture. Bien qu’elles ne représentent que les instants initiaux du processus créatif, elles illustrent le processus constant de vérification auquel le projet est soumis dès sa conception, tout en changeant de support depuis le papier jusqu’aux différentes réalisations en trois dimensions, puis à la construction.

Si dessiner est une manière de comprendre et d'expliquer le monde, la complexité des dessins et des maquettes exposés en témoigne : ils peuvent être interprétés comme des possibilités spécifiques mais aussi comme des entités autonomes ou comme des résultats imprévisibles.

Les dessins à main levée et au crayon expliquent les premières intuitions. Ils intègrent rapidement une géométrie qui ordonnera le développement ultérieur du projet. Ces dessins ne veulent rien synthétiser ou résumer car ce ne sont pas des dessins définitifs, ce sont des intuitions d'une main en plein travail, parfois hésitante, mais ce sont aussi les moments les plus marquants et les plus intenses de la biographie de chaque projet. La couleur démontre l'énergie avec laquelle un projet commence. Le dessin, en tant que matériau de travail, est le témoin d’un état transitoire, et établit un dialogue et une complicité avec le spectateur.

À leur tour, les gravures naissent de la volonté de fixer ces premières intuitions de manière physique sur un support dur. L'élaboration même de ce support permet alors d'accentuer des lignes ou de rendre invisibles certains traits, laissant constamment apparaître et disparaître le projet.

Les maquettes en fil de fer, en revanche, redessinent plutôt ces premières lignes et s’approchent d’une possibilité concrète. En aucun cas elles ne veulent être le résultat final, mais elles font partie d'un processus empirique. Ces lignes dans l'espace contiennent des informations formelles, structurelles et constructives et décrivent une grande variété de conditions. Il s'agit de coudre et de tisser des lignes dans l'espace pour construire des systèmes aux géométries complexes et souvent invisibles.

La fragilité et la légèreté sont évidentes dans ces objets. Les contraintes gravitationnelles sur ces structures se déplacent en résistant à la loi la plus fondamentale, celle de la pesanteur. Ce sont des objets en équilibre fragile. Sans intérieur ni extérieur, ils ne prétendent pas délimiter l'espace ; ils se définissent par des surfaces, laissant l'air les habiter. C’est la pensée qui permet de reconstituer l’espace. 

La présentation donne une claire continuité aux différents projets en reliant objets et dessins. Le matériel audiovisuel qui les accompagne renforce cette relation en complétant l'explication de chaque projet.

 

Trajectoire

MiAS est un atelier d'architecture fondé en 2000 par Josep Miàs, diplômé de l'école d'architecture de Barcelone. Entre 1990 et 2000, il a été l’associé de l'architecte Enric Miralles, dans la même ville.

Il s’est fait remarquer par ses propositions imprévisibles, innovantes et expérimentales. À côté des aspects sociaux, culturels, historiques et économiques, il intègre dans ses projets la recherche formelle, technologique, et sur la structure des bâtiments, l'expérimentation de nouveaux matériaux et la recherche en durabilité, offrant des propositions inédites. Ainsi, l’agence est une référence pour ses projets et designs uniques et pour l'incorporation de nouveaux moyens technologiques.

MiAS Arquitectes est connu internationalement pour des projets tels que le Fontanals Golf Club, la transformation du centre historique de Banyoles, le nouveau marché de la Barceloneta, les interventions dans le parc d'attractions Tibidabo, le 22@ Plug-in Building et le siège d'iGuzzini Illuminazione à Barcelone, entre autres.

Il a remporté des prix nationaux et internationaux, notamment le prix international d'architecture en pierre 2013, le prix Architizer Building of the World 2013, le prix Archdaily du meilleur bâtiment de l'année 2011, le prix du meilleur équipement éducatif en Espagne dans les prix Arquitectura A + 2011, le prix Catalunya Construcció 2009, le prix Ciutat de Barcelona d'architecture et d'urbanisme 2007, le prix Comarques de Girona 2007, le prix COAC Arquitectura Catalunya 2008-2013, le prix AJAC du meilleur jeune architecte de Catalogne 2004 et le AIA New York City Recognition for International Relevance en 2013.

Son œuvre a été exposée et publiée dans le monde entier. Sont à souligner les expositions au Col·legi d’Arquitectes de Catalunya (COAC) à Barcelone ; aux Nouveaux Ministères de Madrid ; à la Cité de l’Architecture de Paris ; à la Stadelschule de Francfort et l’Université TU de Berlin ; à l’Architektur Forum de Zurich ; à la Maison de l'architecte de Kiev ; à la Bartlett School of Architecture à Londres ; à l’Anhembi Morumbi, à Sao Paulo ; à la Biennale de Venise en 2012 et 2014; au WAF 2012 à Singapour ou aux universités de Belgrade et Nis en Serbie.

Josep Miàs a été professeur de projets à l'École d'architecture de Barcelone et à l'UPC Vallès, à l'Université internationale UIC et à La Salle Ramon Llull à Barcelone ; professeur invité à la Stadelschule de Francfort et à Harvard GSD, aux États-Unis. Il est actuellement professeur invité à la Faculté d'architecture UNISS, en Italie, et professeur de pratique architecturale à la Bartlett School of Architecture de l’University College London.

 

 


SALLES

SALLE 28. RCR ARQUITECTES

Maquettes et œuvres sur papier de RCR Arquitectes dans la collection permanente du Musée national d’art moderne – Centre de Création industrielle

 

73 CROQUIS

Le Pavillon Vide, Paris, France (2014-)

Ile Séguin : Centre artistique, culturel et pont Seibert, Boulogne-Billancourt, France (2015-)

Musée Soulages, Rodez, France (2008-2014)

Espace public Teatre La Lira, Ripoll, Catalogne (2003-2011)

Caves de Bell-lloc, Palamós, Catalogne (2003-2007)

Bibliothèque Sant Antoni, Barcelone, Catalogne (2002-2007)

L'Espai fluvial i el lleure. Olot 2002, Olot. Espanya (1989-1990)

Sphère de la lumière, Palamós, Catalogne (1996-2000)

Parc de Pedra Tosca, Les Preses, Catalogne (1997-2004)

Équipement sportif Tossols-Basil, Olot, Espagne (1991-2011)

Far, Punta Aldea. Espanya (1988-1990)

 

10 MAQUETTES

Le Pavillon Vide, Paris, France. 2 maquettes.

Ile Séguin : Centre artistique, culturel et pont Seibert, Boulogne-Billancourt, France. 1 maquette.

Musée Soulages, Rodez, France. 2 maquettes.

Espace public Teatre La Lira, Ripoll, Catalogne. 1 maquette.

Bibliothèque Sant Antoni, Barcelone, Catalogne. 1 maquette.

Stade d'athlétisme Tossols-Basil, Olot, Catalogne. 1 maquette.

 

Le Centre Pompidou, Actar et l'Institut Ramon Llull, publient un catalogue de la présentation du RCR Arquitectes.
Le Centre Pompidou et la Fondation Bunka publient un catalogue «RCR Architectes au sein de la Collection du Centre Pompidou».

 

SALLE 29. MiAS ARQUITECTES

Maquettes et œuvres sur papier MiAS Arquitectes de la collection permanente du Musée national d’art moderne – Centre de Création industrielle / Centre Pompidou.

 

42 MAQUETTES

Siège d'iGuzzini, Barcelone, Espagne (2006-2011). 20 maquettes.

Passerelle, Palafolls, Espagne (2007-2012). 2 maquettes.

Funiculaire du Tibidabo, Barcelone, Espagne (2007-2008). 1 maquette.

Fontanals Golf Clubhouse, Gérone, Espagne (2000-2004). 1 maquette.

Marché de la Barceloneta, Barcelone, Espagne (2000-2007). 5 maquettes.

The Cloud, siège social d’Andorra Telecom, Andorre-la-Vieille, Andorre (2014-2022). 5 maquettes.

Concours pour le Passenger Service Center, Kinmen, Taiwan (2014). 1 maquette.

Concours pour le nouveau Camp Nou FC Barcelone, Barcelone, Espagne (2015-2016) .1 maquette.

Maison topographique, Llavaneres, Espagne (2006-2009). 1 maquette.

Butterfly House, Besalú, Espagne (2010-2012). 1 maquette.

Marché de La Plana, Esplugues de Llobregat, Espagne (2017-2021). 1 maquette.

Marché Can Vidalet, Esplugues de Llobregat, Espagne (2017-2021). 1 maquette.

Concours pour Caixa Forum, Valence, Espagne (2017). 1 maquette.

Bâtiment 22@ Plug-in, Barcelone, Espagne (2006-2012). 1 maquette.

 

18 GRAVURES

Maison topographique, Llavaneres, Espagne (2006-2009). 1 gravure.

Butterfly House, Besalú, Espagne (2010-2012). 1 gravure.

Passerelle, Palafolls, Espagne (2007-2012). 2 gravures.

Immeuble d’habitations Torrebaró, Barcelone, Espagne (2009-2012). 3 gravures.

Siège d'iGuzzini, Barcelone, Espagne (2006-2011). 10 gravures.

Marché de Rubí, Rubí, Espagne (2004-2010). 1 gravure.

 

14 CROQUIS

Passerelle, Palafolls, Espagne (2007-2012). 3 croquis.

Vieille ville de Banyoles, Banyoles, Espagne (1998-2012). 4 croquis.

Immeuble d’habitations Torrebaró, Barcelone, Espagne (2009-2012). 1 croquis.

Butterfly House, Besalú, Espagne (2010-2012). 4 croquis.

Siège d'iGuzzini, Barcelone, Espagne (2006-2011). 2 croquis.

 

Le Centre Pompidou, iGuzzini et Actar publient un catalogue de la Collection Centre Pompidou MiAS Arquitectes

 


IMAGES


    Logo Institut Ramon Llull
  • Un consortium composé de:

  • Generalitat de Catalunya Govern Illes Balears Ajuntament de Barcelona