Institut Ramon LLull

Menú

Raül-David Martínez
paris@llull.cat
50, rue Saint-Ferdinand
75017 PARIS, France
Tel. +33 142 66 02 45

L'Institut Ramon Llull a pour objectif la diffusion de la langue catalane et de sa culture sous toutes ses formes et moyens d'expression. L'Institut Ramon Llull est un consortium composé de la Generalitat (Gouvernement) de Catalogne, du Gouvernement des îles Baléares et de la Mairie de Barcelone.

Ars Electronica débarque à Barcelone

Arts.  Barcelone, 17/09/2020

L'Institut Ramon Llull, UOC – ISEA Barcelona.BEEP { collection;}NewArtFoundationOFFF Barcelona et Hangar organisent Ars Electronica Garden Barcelona dans le programme officiel du festival Ars Electronica 2020, qui se tient cette année de façon décentralisée dans plusieurs villes du monde dont Barcelone.




Du 9 au 13 septembre, Ars Electronica 2020 se déroulera sous le titre Kepler’s Garden et comme un itinéraire qui s'étend de Linz (Autriche) à 120 autres villes. Pour la première fois, le festival devient une sorte de voyage numérique qui emmènera les visiteurs du monde entier vers différents biotopes et écosystèmes en réseau où de nouvelles alliances et formes de coopération sont possibles. Avec des événements locaux-physiques et à la fois des événements mondiaux en ligne, Ars Electronica apparaît une fois de plus comme un laboratoire axé sur les formes expérimentales où coexistent l’analogique et le numérique, le physique et le virtuel.

Basé sur les notions d'incertitude et d'écologie, Ars Electronica Garden Barcelona présente un programme qui vise à rendre compte de la diversité des relations et des interdépendances entre les arts, les sciences, les technologies et la pensée critique qui génèrent  des courants de pensée et des actions pouvant apporter des réponses sans équivoque à la nécessité de constituer et de consolider une culture matérielle qui diminue les dégâts écologiques et épistémiques du capitalisme, que la crise du COVID-19 oblige à repenser.

Le programme Ars Electronica Garden Barcelona déploie une variété d'activités et de formats qui comprend des expositions, des actions en direct, des tables rondes, des concerts ou des ateliers, avec un désir clair d'interconnecter la politique avec l'art, la technologie et la nature. Barcelone apparaît ici à travers un réseau d'agents hétérogènes qui font converger positions théoriques et travaux pratiques développés par de multiples groupes sociaux, producteurs culturels, nœuds, clusters ou centres éducatifs entrelacés les uns avec les autres et avec le monde.

Ville pionnière dans le domaine de l'art numérique et des différentes expressions de la créativité contemporaine liées à la technologie et à la science, Barcelone crée depuis la fin des années 1990 une scène d'art électronique et numérique de référence et de retentissement internationaux, qui rassemble des artistes, des théoriciens, des conservateurs, des critiques, des enseignants et des chercheurs. Après deux ans de présence à Ars Electronica à travers la Collection BEEP, une collection catalane de référence internationale exclusivement consacrée à l'art électronique et numérique, cette fois-ci Barcelone participe avec une proposition qui met en valeur la nature multiforme, hétérogène et interconnectée de ses communautés. Sous la direction de l'Institut Ramon Llull, des agents des domaines artistique, académique et technologique se sont réunis pour concevoir un programme qui reflète la diversité, la complexité et la richesse de la scène barcelonaise et catalane ainsi que les particularités de sa nature.

Ars Electronica Garden Barcelona est composé de :

• une exposition à Arts Santa Mònica

• une série de tables rondes au Disseny Hub Barcelona

• l’atelier « Appuyez sur mes touches. Pirater les claviers numériques » donné par Kenneth Dow, artiste allemand résidant à Hangar, sur la façon de pirater un clavier pour le transformer en séquenceur ou en toute autre commande de synthétiseur et un « Algorave » (concert d’ordinateur) programmé en direct par TOPLAP Barcelona, à Hangar.

• un ensemble de « Taxis », capsules audiovisuelles mettant en lumière certains des plus grands artistes électroniques de Barcelone, qui, comme leur nom l'indique, sont chargés d'amener le public vers les points les plus intéressants de la ville : Antoni Muntadas, Antoni Abad, Josep Manuel Berenguer, Marcel·lí Antúnez, Eugènia Balcells, Joan Fontcuberta, Mario Santamaría, Alba G. Corral, Playmodes (Eloi Maduell + Santi Vilanova), 300.000 Kms (Mar Santamaria + Pablo Martínez).


Cadre conceptuel : incertitude et écologie

En ces jours de pandémie mondiale, situation totalement inouïe pour notre société, l'incertitude et l'écologie ont été positionnées comme deux des maîtres mots de notre présent et aussi de la 41e édition du festival Ars Electronica. Interconnectés les uns aux autres et à l'urgence sanitaire, ils sont devenus l'épée de Damoclès qui devrait guider nos actions futures.

Ars Electronica Garden Barcelona vise à expliquer et partager la diversité des manières dont les arts, les sciences, les technologies et la pensée font face aux problèmes de contemporanéité, certains inédits et d'autres récurrents. Depuis l'incertitude et le besoin de changement dans tous les aspects de la vie, avec des accidents et des catastrophes qui la rendent de plus en plus urgente, jusqu’à l'écologie et son interaction systémique entre les facteurs biotiques et abiotiques, Barcelona Garden s’adresse à tous les agents humains et non humains qui peuplent et construisent notre environnement. La ville de Barcelone, en tant que capitale de la Catalogne, est présentée ici à travers un réseau d'agents hétérogènes composé d'individus, de nœuds, de groupes et de centres qui se connectent entre eux et avec le monde.


Programme

Exposition : Ars Electronica Garden Barcelona Show

L'exposition Garden Barcelona peut être visitée au centre Arts Santa Mònica pendant le festival et jusqu'au 20 septembre pour rejoindre l'édition extraordinaire de Sónar + D CCCB, qui se tiendra au Centre de culture contemporaine de Barcelone les 18 et 19 septembre.

L'exposition présente les dernières acquisitions de la collection BEEP: Das tangible Bild et The Endless Sandwich, du célèbre artiste et théoricien allemand Peter Weibel, fondateur et directeur du ZKM Centre for Art and Media à Karlsruhe ainsi que la première de Vestibular_1 d’Albert Barqué-Duran & Marc Marcenit. Trois œuvres inédites seront également exposées, produites grâce aux bourses accordées à Mónica Rikic pour New Home of Mind, Roc Parés pour Double Consciousness et Santi Vilanova pour Forms - Screen Ensemble. Les trois projets ont été sélectionnés dans le cadre d'un appel public à la production et à l'exposition lancé par l'Institut Ramon Llull, New Art Foundation et Hangar en collaboration avec la Collection BEEP.

Dates : du 9 au 20 septembre 2020

Horaires : du mardi au samedi : de 11 h à 14 h / de 16 h à 20 h. Dimanches et jours fériés : de 11h à 14h / de 15h à 19h.

Format : présentiel

Lieu : Arts Santa Mònica. La Rambla, 7. Barcelone

Entrée gratuite. Aucune inscription préalable requise


Das Tangible Bild - Peter Weibel - 1991/2019

Notre monde est-il simplement le produit d'une interface technologique ? Dans cette installation interactive, le visiteur est confronté à une grille de coordonnées cartésiennes. Une caméra le capte et l'image est projetée sur le mur opposé. Lorsque vous touchez l'écran en caoutchouc du moniteur, qui se trouve sur un piédestal au milieu de la pièce, l'image projetée est déformée. Ainsi, l'installation permet au visiteur, grâce à un écran tactile tridimensionnel, d'interagir en temps réel avec sa propre image.

Vestibulaire_1 - Albert Barqué-Duran et Marc Marcenit - 2020

Cette installation immersive invite le public à se promener dans une représentation d'un système vestibulaire, provoquant des sensations illusoires de mouvement en interrompant temporairement le fonctionnement vestibulaire du visiteur par des stimuli audio et lumière. Dans des circonstances normales, le cerveau combine de manière optimale les signaux sensoriels, cependant, des conflits peuvent survenir lorsque ceux-ci portent des informations discordantes, comme dans ce cas. Les travaux sont basés sur des recherches du laboratoire VeME (Vestibular Multisensory Realization) de l'Université de Londres.

Nouvelle maison de l'esprit - Mónica Rikić - 2020

« Qu'en est-il de la perception de soi et du développement émotionnel dans un monde gouverné par un dieu automate ? » Avec cette question, l'artiste présente au visiteur un dispositif audiovisuel interactif, avec un espace virtuel navigable au format jeu vidéo, qui traite de la perception de l'identité dans des entités artificielles intelligentes et soulève la possibilité d'une véritable spiritualité artificielle. Conceptuellement, le travail spécule sur le sens de la conscience artificielle et étudie l'idée d'un robot conscient souffrant d'une crise existentielle pour avoir réécrit et retiré de son code le but pour lequel il a été créé et cherche maintenant le vrai sens de son existence à travers une interface spirituelle.

Double Conscience - Roc Parés - 2020

Cette installation audiovisuelle interactive est inspirée du stéréoscope, inventé par Sir Charles Wheatstone, dans le premier tiers du XIXe siècle. Paradoxalement, alors que Wheatstone étudie comment la vision binoculaire permet de percevoir le monde comme une seule image cohérente en trois dimensions, l'artiste expérimente la rivalité binoculaire comme moyen de questionner la subjectivité individuelle. Son installation vise à rééduquer la conscience visuelle pour que, de la vision discordante, émerge une double conscience capable de gérer séparément, mais simultanément, des paires d'images progressivement différenciées.

Forms - Ensemble d'écran - Santi Vilanova - 2020

Il s'agit d'un système algorithmique de génération graphique et sonore, inspiré de l'art procédural de Sol Lewitt ou de Vera Molnar, de l'univers graphique du Bauhaus et de la recherche en notation graphique de compositeurs comme John Cage. Dans l'exposition, le programme se traduit par une installation audiovisuelle composée d'un ensemble d'écrans et de haut-parleurs, inspirée de l'exposition de peintures et / ou de photographies. Dans ce cas, cependant, ce qui est exposé sont des images numériques haute résolution. Chaque écran avec son haut-parleur respectif représente l'un des instruments de musique d'un quatuor, qui génère en temps réel des compositions audiovisuelles uniques, qui ne seront jamais répétées.

L'exposition a été produite par NewArtFoundation / Beep Collection, Hangar Visual Arts Production and Research Center de Barcelone, l'Institut Ramon Llull, Arts Santa Mònica et l'ICEC.


L’exposition a été accompagnée d’une série de tables rondes en lien avec les axes principaux du projet, organisées à Disseny Hub Barcelona, et d’un atelier à Hangar.

« Sur les agences Bio Sonics ».  Dans un monde dominé par le fait visuel, la résistance contemporaine pourrait-elle être auditive ? Avec la participation de Brandon LaBelle, Robertina Šebjanič, Oscar Martín et Vanessa Lorenzo, animés par Laura Benítez.

« Art et science de l'écologie politique des catastrophes ». Artistes, scientifiques et théoriciens explorent certains des futurs possibles, à partir des interactions entre systèmes biologiques et écologiques, mais aussi avec l'écologie des médias et dans le cadre d'une écologie relationnelle des pratiques où convergent l'art, la science et la technologie. Avec la participation de Joana Moll, Andy Gracie, Israel Rodríguez, Ingrid Guardiola et Vanina Hofman, animés par Pau Alsina.

« Une révolution incertaine mais irrésistible ». Dans un monde technologique où le présent s'est perpétué, où l'oubli est la sécurité de la prochaine innovation, ce que nous appelons la réalité est un magma dans lequel flottent une myriade d'images, de données, d'informations partielles, de flashbacks et de promesses de libération. Ce fait nous oblige à trouver d'autres règles, d'autres dynamiques de lecture et de nouvelles façons de regarder à travers des chemins inattendus. Avec la participation de Xavi Cardona / Boldtron, Enric Godes / Vasava et Carla Cascales, animés par Héctor Ayuso.

« Face à l'incertitude et aux mécontents ». Qu'ont appris les arts, les sciences, les technologies et la pensée de l'incertitude et comment l'ont-ils introduit dans leurs pratiques ? Avec la participation de Roc Parés, Marina Garcés, Joan Soler-Adillon, Tere Badia et Pau Waelder, animés par Pau Alsina.

« À propos du code. L'incertitude du sens et de l'action ». Comment le code interfère-t-il avec le processus d’écoute ? Le code permet à l'oreille de naviguer dans l'interface d'écoute, tout en limitant sa plage sensible. Le code traverse l'interface, la membrane qui sépare mais aussi relie, déployant la vibration de l'air, la zone d'interaction, de négociation et de distribution de l'attention et des significations, parmi le (des)ordre des sons émis et entendus. Avec la participation de Lina Bautista, Daniel Moreno Roldán, Agnès Pe, Carolina Jiménez et Ángel Faraldo animés par Lluís Nacenta.

    Logo Institut Ramon Llull
  • Un consortium composé de:

  • Generalitat de Catalunya Govern Illes Balears Ajuntament de Barcelona